Ces femmes qui disent «non» aux diktats de la beauté unique

Retouch1

Kate Winslet : Une femme de conviction

J’ai posté sur ma page Facebook un article dans lequel l’actrice Kate Winslet dénonçait l’utilisation abusive et systématique du logiciel de retouches photos, le fameux Photoshop (vous trouverez un lien en bas de l’article, illustrant parfaitement cette pratique).

Dans cet article, on apprend notamment qu’elle a inclus une clause dans son contrat avec l’Oréal pour qu’aucune de ses photos publicitaires ne soit retouchée. Elle insiste sur sa responsabilité envers la jeune génération. Sur le fait que les standards de beauté véhiculés par Hollywood et les journaux sont totalement irréalistes, et que les jeunes filles qui sont confrontées à ces images ne font pas la part des choses. Elle estime qu’il est de sa responsabilité et de la nôtre de rétablir la vérité afin de faire de cette jeune génération, des femmes fortes qui s’aimeront. J’avoue que j’ai toujours aimé cette actrice, non seulement pour son immense talent, mais surtout pour ses prises de position humanistes ou courageuses. Je n’aurais même pas imaginé qu’une actrice de son acabit puisse imposer une telle clause au géant L’Oréal. On comprend l’importance de son combat quand on lit, dans l’article, que, lors d’un sondage, sur un panel de petites filles de 9-10 ans, 80% d’entre elles avaient peur de grossir ! Et sans même ce sondage, il suffit de poser la question au pré-ados que vous avez autour de vous pour vous rendre compte de l’importance du phénomène ; Il est temps de nous rendre compte, nous, adultes de notre responsabilité et des conséquences que peuvent avoir nos comportements sur ces jeunes esprits en construction. Est-ce vraiment ce qu’on veut leur léguer ? L’obsession d’un idéal de beauté totalement irréaliste ? Courir après une chimère et qui peut, en plus, les conduire à des troubles alimentaires ? Ne vaudrait-il pas mieux, comme le souligne l’actrice, leur apprendre l’estime de soi ? (Nous posterons, prochainement, un article sur le sujet des enfants en surpoids).

Ce que j’admire et applaudit haut et fort dans cette décision, c’est que l’actrice, tout simplement refuse d’être utilisée pour ce mensonge : celui d’être présentée différente de ce qu’elle est, physiquement, au risque de

perdre de son glamour. Le mensonge est le fonds de commerce de l’industrie de la beauté, ça on le sait tous : lorsqu’on nous présente une crème antirides en nous montrant le visage parfaitement lisse d’une ado de 15 ans, nous l’achetons, mais ne sommes pas dupes ; Nous sommes conscientes d’acheter du rêve. Mais lorsqu’on Photoshop des photos d’actrices ou de mannequins en les faisant paraître plus minces, beaucoup plus minces parfois, avec des jambes plus longues, la taille plus fine, etc…,et que ces photos sont publiées partout, y compris dans les magazines pour enfants, ça devient dangereux ; Ces fillettes n’imaginent pas qu’il s’agit d’images truquées, tout au plus peuvent-elles penser à quelques rides effacées ici ou là. Elles les prennent comme étant des modèles réels, se dévalorisent en comparaison, et se mettent en tête de vouloir ressembler à ces créatures de Frankenstein ; parfois jusqu’à l’obsession !

A peine l’article affiché sur ma page, j’ai eu ce commentaire de Nathalie, l’esprit toujours en éveil et la plume affutée ! J’ai trouvé son commentaire tellement juste que je lui ai demandé si je pouvais le reproduire tel quel. Autorisation accordée. Lisez-le et donnez- nous votre avis sur l’utilisation de Photoshop. Accepteriez-vous d’acheter des magazines avec des photos de modèles ou d’actrices non retouchées ? Ou pensez-vous que le glamour supplémentaire apporté aux photos par les retouches est indispensable ? Votre avis nous intéresse.

« J’applaudis haut et fort et j’envoie tout mon respect à Kate Winslet pour avoir le courage de passer à l’acte et de défendre ses convictions même contre le courant général.  Le quasi-monopole des photos retouchées n’a, à mon avis, pas seulement des conséquences sur les enfants ou les ados mais aussi sur les femmes (et les hommes) de tous les âges, car même si l’on sait consciemment que les photos sont « truquées », nos yeux et notre cerveau sont tellement imprégnés de ce type d’images qu’ils ne peuvent guère faire autrement que de les prendre comme référence … et c’est là qu’on commence à avoir (un peu / beaucoup ?) de mal à accepter la réalité de son corps tel qu’il est. Je suis très favorable à la diminution / disparition de la pratique du retouchage des photos et verrai d’un très bon œil l’instauration de l’indication « photo retouchée à 40% » sur toutes les photos de la presse. A bon entendeurs… »

Nathalie Gehrold

Bravo Nathalie, et encore merci pour ce beau commentaire.

Article sur Kate Winslet

Article sur facebook

Illustration effet retouches Photoshop