LE SURPOIDS : LE MAL ULTIME

Je discutais sur un groupe FACEBOOK que j’ai rejoint récemment et que j’aime beaucoup : Il s’agit du groupe, »CURVYSSIME » dans lequel, entre femmes rondes, on peut discuter en toute convivialité . On s’y donne des astuces, des conseils, des avis sur les différents looks. Les maîtres mots y sont bienveillance et politesse, et, croyez-moi, ce n’est pas si fréquent que ça !

J’y étais donc, quand une adhérente de ce groupe a parlé de son problème de sudation. Comme je transpire moi-même après 16 secondes chrono de zumba, j’ai , forcément, suivi plus attentivement son post ! Et à un moment, elle nous a parlé de sa visite chez le médecin…qui lui a trouvé un lien entre ce problème et son alimentation !

Je ne suis pas médecin. Et c’est peut-être vrai.  Mais là, j’en profite pour vraiment crier mon indignation face à certains représentants de l’ordre médical !

Pourquoi, dès qu’une personne en sur-poids se présente dans un cabinet de médecine, on lui trouve presque TOUJOURS un lien entre sa pathologie et son poids ? Il n’y a donc vraiment aucune maladie qui ne soit liée  au sur-poids ? C’est agaçant, pire, énervant, et extrêmement culpabilisant !

Comme je le dis dans mon livre « 15 Kilos », c’est à se demander pourquoi les filles minces tombent malade ?

Vous avez mal à la tête, au ventre, aux jambes, et peut être même aux dents, aux orteils ou aux oreilles ( !), ils trouveront le moyen de vous dire qu’il y a un lien direct avec votre poids.

Pour un adulte, c’est déjà difficile à vivre, alors imaginez les conséquences pour un enfant ?

Cette culpabilité, consciente ou inconsciente, insidieuse dans tous les cas est insupportable, méchante, et dangereuse. Nous vivons une ère où l’estime de soi est prônée, à raison, d’ailleurs, mais il faudrait que les institutions, ceux qui détiennent un pouvoir sur nos croyances se remettent en cause et prennent enfin en compte les sentiments et l’état psychologique des personnes qu’ils ont en face d’eux. Avant de balancer des vérités qu’on peut, parfois, légitimement, mettre en doute !

 

Dites-moi, dans les commentaires ci-dessous si vous avez déjà vécu ce genre de situation, et comment vous vous en êtes sorties.

Allez, mes beautés,

A bientôt !

Corine.

4 réflexions au sujet de « LE SURPOIDS : LE MAL ULTIME »

  1. Rebecca dit :

    J’ai adoré ton article c’est tellement vrai ! Je vien de vivre une experience similaire avec une gynecologue horrible qui a même reussie a me faire pleurer et a ne pas m’en remettre pendant 1 semaine!!!!!! Elle a été mechante et blaissante dans ses propos sans meme chercher le coeur du probleme en me disant que je suis grosse que si je continu je serai steril que je le suis peu etre deja !! ! Le pireee en allant consulter chez un autre gyneco je me porte bien et il s agit juste d’un derèglement hormonal mais tout fonctionne bien dans mon corp!! Oufffffff alors entendre de tel chose à 24 ans imaginez le choc ! Bref tous sa pour dire que ce genre de medecin m’enerve !!!!

    • Corine dit :

      Bonjour Rebecca,
      je suis désolée que tu aies eu à vivre cette expérience douloureuse, en plus , sur un sujet aussi sensible que l’enfantement ! Malheureusement, c’est la dictature ambiante de la minceur qui donne le droit à ces pratiquants de sortir des diagnostics et des phrases aussi lapidaires ! Il faut que nous nous soulevions de plus en plus contre ce genre de personnes ! Faire partie du corps médical ne donne pas tous les droits, et surtout pas celui de détruire le moral et l’estime de soi de vos patients !
      Merci, Rebecca d’avoir partagé ton témoignage avec nous.Tu peux t’abonner sur la newsletter pour recevoir les derniers posts dès leur parution.
      A bientôt !
      Corine.

    • Corine dit :

      Merci Coco (tiens, mon homonyme!) pour ton commentaire . Merci pour ton commentaire, preuve d’enpathie et d’humanité . Car, oui, avant d’être ronde, mince, petite, grande ou quelque soit l’étiquette qu’on vous accole , il s’agit ici, avant tout, d’être humain et respectueux envers ses semblables .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *