MINCEUR ET YEUX RONDS

Degommer ses kilos

Un article dans le magazine psychologies N°01483 daté de Juillet-Août 2016 a particulièrement attiré mon attention. Il s’agit de la carte blanche donnée à l’écrivain et globe-trotteur David Foenkinos. Son article s’intitule ‘Coréennes aux yeux ronds, le Gangman style » .
Il y exprime sa surprise, lors d’un voyage en Corée, alors qu’il visitait le quartier Gangman , connu comme étant le quartier de la jeunesse qui aime faire la fête , d’y découvrir des filles qui se ressemblaient toutes : « l’uniformisation des jeunes filles est impressionnante » dit-il en substance . « Elles ont l’air d’être sorties d’un dessin animé de Walt Disney. Là-bas, un acte chirurgical, c’est comme aller chez le dentiste chez nous. En priorité, c’est pour se faire arrondir les yeux…Le but principal est d’occidentaliser son visage ». Il demande alors à son éditrice les raisons d’une telle attitude. Ce à quoi elle lui répond qu’il « y a un diktat de la beauté qui pousse les jeunes filles à ressembler à des Européennes. Les stars de la K-pop (musique pop Coréenne prisée des jeunes) n’aident pas à s’aimer tels que l’on est, puisqu’elles sont elles-mêmes toutes refaites, et les garçons aussi d’ailleurs. Et puis, il y a autre chose. C’est une forme de pression sociale » lui explique-ton. « Dans de nombreux cas, il faut ressembler à ce qui est estimé comme le canon de la beauté pour pouvoir trouver un travail ».
Tiens tiens, me suis-je dit : Tout ceci me rappelle quelque chose. Changeons de contexte, de diktat, et nous pourrions transposer mot pour mot cet article ailleurs … Ici, en France par exemple .Il ne sera alors pas question de yeux bridés qu’il faudrait arrondir, mais de rondeurs qu’il faudrait brider.
David Foenkinos poursuit en posant cette question : « Est-ce notre avenir de tous nous ressembler » ? Selon lui, la jeunesse actuelle , en Occident, est prête à tout pour être originale, choisissant des tatouages ou d’autres signes distinctifs tels des piercings pour se démarquer. Moi, j’aurais tendance à être moins catégorique : si ces signes et ces particularités ont bien cet objectif commun, il me semble néanmoins qu’au-dessus de tout ça, trône, intouchable, et visé comme graal absolu, la minceur ! Etre original, oui, mais être et rester avant tout mince !
En revanche, je le rejoins lorsqu’il affirme : « On s’offre une nouvelle vie, au point de ne plus être soi » Et, là, si lui pense aux yeux débridés à coup de bistouri, mon regard à moi se tourne plutôt vers les rondeurs dégommées à coup de bistouri ou d’anneaux gastriques et autres sleeve.
Et je m’identifie carrément à lui lorsqu’il ajoute : « Comment se construire ainsi, en se diluant dans une apparence commune ? Notre personnalité vient aussi du lien que nous entretenons avec notre apparence. Serais-je devenu écrivain si je n’avais pas été un adolescent hyper complexé » ? demande-t-il enfin.
Ceux qui me suivent comprendront aisément ma parenté avec lui à cet égard. Si je ne peux encore me réclamer comme écrivain (je ne suis qu’une modeste auteure débutante) , j’avais indiqué, dès mon premier livre, et mon premier article de blog, que l’envie d’écrire m’était (re)venue au travers de ce sujet . Sans mes rondeurs qui m’ont pourri la vie pendant les années, il n’y aurait eu, ni livre, ni blog, ni de nombreux autres projets encore trop fragiles pour être partagés.
S’accepter revient là, encore, à découvrir en soi, d’autres formes d’expression que l’apparence. Et ça, mes amis, c’est un carburant inestimable pour qui est en quête du meilleur de lui-même.
Dites-moi, dans les commentaires ci-bas , si une particularité en vous, que vous considériez comme une faiblesse, s’est révélée être une force .

A bientôt !

Corine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *